Photo @ Jean Dubrana 2020

Serge Saitta, traverso

Après des études musicales classiques et universitaires à Lyon et Créteil dans les classes de Marius Beuf, Maurice Pruvost et Pierre Séchet, Serge Saitta se rend au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles pour se perfectionner auprès de Barthold Kuijken. Il y obtiendra deux premiers prix avec grande distinction (traverso et musique de chambre), puis un diplôme supérieur de perfectionnement en traverso.

Depuis 1988, Serge Saitta participe en tant que soliste à la plupart des projets de son ensemble d’élection, Les Arts Florissants, sous la direction de William Christie. Nombre d’enregistrements rendent compte de ce travail, qu’il s’agisse de recueils Rameau, Mozart ou Charpentier chez Erato ou Lalande chez Harmonia Mundi.

Il poursuit également de fructueuses collaborations ponctuelles avec d’autres ensembles : La Petite Bande, Concerto Köln, Les Musiciens du Louvre-Grenoble et Opera Fuoco, et il se produit régulièrement avec des artistes tels que Philippe Jaroussky, (ensemble Artaserse), Florence Malgoire, Olivier Fortin ou Paul Agnew.

En 1995, Serge Saitta crée l’ensemble le Mercure Galant, avec lequel il enregistre les Motets de Brossard pour Astrée, de même que le Tod Jesu de Telemann et la Passion selon Saint-Jean d’Haendel pour Vox Temporis. En 2013, il enregistre un portait de Michel de la Barre (“La Julie”, CD paru chez AgoGique – dir : Alessandra Galleron).

Depuis 2014, Serge Saitta joue régulièrement avec l’ensemble La Rêveuse (dir. Florence Bolton et Benjamin Perrot) avec lequel il enregistre les trios et quatuors avec viole de GP Telemann (Mirare) et se produit, en 2017 (Montréal) et 2018 (Vancouver et Victoria) au Canada et dans de nombreux festivals de musique ancienne en France.

Serge Saitta s’investit également dans l’enseignement.

En septembre 2008-2009, il a dirigé l’Académie Internationale du Festival de Musique Baroque d’Ambronay qu’il a consacrée à la découverte de l’opéra comique français Les Troqueurs d’Antoine Dauvergne.

En 2008, il donne à la Juilliard School de New York un cours de maître sur la musique française lors d’une résidence avec Les Arts Florissants. A cette occasion, il se produit à Carnegie Hall. En 2009, Serge Saitta mène un projet Haendel dans cette même institution et donne des concerts à New York (Alice Tully Hall). Cette collaboration se poursuit en 2010, à l’invitation du Juilliard’s new Historical Performance Program que dirige Monica Hugget.

Serge Saitta enseigne également les flûtes anciennes à la Haute Ecole de musique de Genève ainsi qu’à l’ENMD de Villeurbanne (Rhône-Alpes).