Modena ConsortConcert

Samedi 8 octobre 2016

15:30

Château de Nyon

Programme

Vox Dilecti Mei – Wingert in der Frühe

Hommage à Hans-Jürg Meier (*1964- 2015)

Giovanni Pierluigi da Palestrina | Vox dilecti mei (Motettorum liber IV ex Canticis canticorum, 1584)

Andres de Silva | Tota pulchra es Maria (Medici codex, 1518)

Marco Dall’Aquila | Recercare (Herwarth Lautenmanuskript)

Hans-Jürg Meier  |  Wingert in der frühe · I ort und zeit – gondola

Antoine Brumel | Sicut lilium inter spinas (Medici codex, 1518)

Heinrich Isaac | J’ay pris amours (Petrucci, Canti C, 1504)

Hans-Jürg Meier | Wingert in der frühe · II er besingt sie – caminada

Johannes Ghiselin | J’ay pris amours (Petrucci, Canti C, 1504)

Ludwig Senfl | Tota pulchra es, Prima pars: Tota pulchra es (München Mus. ms. 12)

Hans-Jürg Meier | Wingert in der frühe · III sie besingt ihn – caminada

Ludwig Senfl | Tota pulchra es, Secunda pars: Iam enim hiems Tota pulchra es, Tertia pars: Et vox turturis

Francesco Spinacino | J’ay pris amours (Intabulatura de lauto II, 1507)

Hans-Jürg Meier | wingert in der frühe · IV minne – hortus conclusus

Vincenzo Ruffo | Giovene donna (Madrigali I, 1552)

Antoine Brumel | Mater patris [et Filia] (Petrucci, Odhecaton, 1501)

Hans-Jürg Meier | wingert in der frühe · V wein – cielo

Hans-Jürg Meier | wingert in der frühe · VI siegel – fuoco

Giovanni Pierluigi da Palestrina | Pulchra es amica mea

Josquin des Prez | Ave Maria

Andres de Silva | Tota pulchra es Maria

Marco Dall’Aquila | Recercare

Hans-Jürg Meier | wingert in der frühe · I ort und zeit – gondola

Antoine Brumel | Sicut lilium inter spinas

Heinrich Isaac | J’ay pris amours

Hans-Jürg Meier (1964-2015) | wingert in der frühe · II er besingt sie – caminada

Ludwig Senfl | Tota pulchra es, Prima pars: Tota pulchra es

Artistes

The Modena Consort

Sarah van Cornewal | Hiroki Suzuki | Claudio Santambrogio | Boaz Berney | traversos renaissance

Keren Motseri | chant

René Genis | luth

Hans Jürg Meier (1964-2015) | compositeur

The Modena Consort

The Modena Consort (4 flûtes traversières renaissance, chant et luth) a été fondé en 1998 à la Haye et explore les polyphonies de la Renaissance sur des copies d’instruments d’époque. L’ensemble se produit au sein de différents festivals en Europe et a été invité lors de colloques consacrés à la flûte Renaissance. Leur dernier disque relie la musique contemporaine à celle de la Renaissance avec des œuvres du compositeur Suisse Hans-Jürg Meier, décédé en novembre 2015.

Les deux autres enregistrements sont dédiés à la musique à la cour de Marguerite d’Autriche et aux Frottole italiennes.

La soprano israélienne Keren Motseri – tout d’abord violoncelliste avant d’étudier le chant à l’Académie Nationale néerlandaise de l’Opéra – chante le répertoire allant de la Renaissance au 21ème siècle et couvre les pratiques de concertiste ainsi que de l’opéra. Pionnière de la musique contemporaine, Keren a travaillé dans toute l’Europe avec des compositeurs actuels. Ses prestations en concert les plus remarquables ont été celles avec la “Nederlandse Bach Vereniging” (direction Richard Egarr et Jos van Veldhoven), la résidence d’orchestre avec Jaap van Zweden, l’ensemble Asko/Schönberg avec Reinbert de Leeuw et Etienne Siebens, la Radio Philharmonique néerlandaise avec Peter Eötvös et Musik Fabrik avec Daniel Reuss. En tant que pionnière de la musique contemporaine, Keren a travaillé dans toute l’Europe avec des compositeurs comme Kaija Saariaho, Steve Reich ou Louis Andriessen.

Hans-Jürg Meier (1964 – 2015) a grandit à Rüschlikon/ZH et a vécu à Bâle. Lauréat du prix Marguerite de Reding de l’association des musiciens Suisses, il est membre de l’Istituto Svizzero di Roma (ISR) en 2004 et 2005. En 2006, il effectue une résidence à l’espace culturel de l’ISR (Venise). Depuis 1991, date de ses premières compositions, il allie architecture et musique. Les deux arts réunissent d’un côté la vertu d’une notion fondamentale importante et de l’autre ils manient dans leur ensemble des inventions de formes qui éclosent dans le temps et/ou l’espace. Par souci d’équité, afin de rendre la qualité sensuelle du matériau de la musique (tons, intervalles, propriétés sonores) à la fois palpable et apréhensible, ses compositions s’engagent à une concomitance entre la nature, la forme et la beauté.